Plaidoyer d’un entrepreneur pour l’intelligence collective

Plaidoyer d’un entrepreneur pour l’intelligence collective

Je suis fier d’annoncer la création d’un nouveau siège social à Montréal. Le fruit de la fusion entre bluenove, leader français du conseil en innovation collaborative, et Clouds, pionnier québécois de l’intelligence collective en ligne. L’opération s’est effectuée avec le soutien du Fonds de travailleurs Fondaction qui investit près de 2 millions de dollars dans cette startup québéco-française. Ses équipes réunissent 35 consultants et développeurs. La nouvelle entité bluenove Group opèrera depuis Paris et Montréal.

Cette levée de fonds marque ainsi la naissance d’un leader francophone à l’ambition internationale visant à développer des solutions d’intelligence collective au sein des entreprises, des collectivités (municipalités et territoires) et des acteurs de la société civile.

Sur le plan personnel, je ne peux que me féliciter de l’ancrage montréalais d’une nouvelle équipe maîtrisant des savoir-faire encore émergents, entre co-résolution en ligne de problématiques managériales ou sociétales complexes, sourcing d’experts aux profils atypiques partout dans le monde et marchés prédictifs fondés sur la sagesse des foules.

En tant que chef d’entreprise, je suis porteur d’une conviction. J’en appelle à une vision renforcée de la gestion participative au sein des entreprises québécoises. J’en appelle aux décideurs qui commencent à ouvrir les processus d’innovation à certains des acteurs externes de leur écosystème, clients ou fournisseurs, bientôt usagers finaux, ONG ou communautés de pratiques. J’en appelle aux dirigeants d’entreprises qui mentionnent, dans la lignée de certains de leurs homologues européens, l’idée audacieuse d’ouvrir leurs données à l’extérieur. J’en appelle en somme à l’industrie québécoise tout entière, qui ne peut ni ne doit être supplantée par des grands groupes ou des PME américaines, européennes ou asiatiques ayant recours à des stratégies d’innovation participative de plus en plus proactives.

En tant que citoyen montréalais, je m’inscris bien évidemment dans la dynamique de la ville intelligente, de la ville transparente, de la ville numérique, de la ville ouverte. Montréal a une longue tradition de société civile agissante. Certains arrondissements ont mis en place des systèmes de budget participatif bien avant l’heure. L’implication citoyenne y est multiforme et plurielle. On peut même se féliciter d’un activisme politique des jeunes générations plutôt exemplaire. En poussant quelque peu le trait, la révolution érable, sa Loi spéciale et ses casseroles sonores ont résonné, toutes proportions gardées, comme un hommage à la Place Tahir ou au Zuccotti Park du mouvement Occupy.

Cet article est paru dans le Huffington Post le 23 octobre. Cliquez ici pour lire la suite.

Merci de partager autour de vous !

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *