Intelligence Collective

« Concevoir ensemble des connaissances nouvelles.

A plusieurs centaines. A plusieurs milliers. »


Qu’est-ce que l’intelligence collective ?

 

  • Une nouvelle manière de concevoir la création de connaissances nouvelles. Car créer de la connaissance nouvelle est plus exigeant que de partager de la connaissance acquise. Les réseaux sociaux sont conçus pour le dernier objectif, pas pour le premier.
  • Une nouvelle manière de mobiliser des intelligences individuelles qui se croisent entre elles. Car lancer un challenge ou un concours d’idées, c’est créer un marché de compétences unitaires. Lancer un processus d’intelligence collective, c’est s’assurer que les participants co-construisent leurs solutions.
  • Une nouvelle manière d’organiser et de gérer la co-production de savoir. Car celle-ci ne se produit pas sans un accompagnement et une méthode spécifique.

A qui s’adresse l’intelligence collective ?

 

A toutes les organisations souhaitant mobiliser leurs forces vives : entreprises, collectivités, universités, collectifs, clusters et pôles de compétitivité, etc.

Si les besoins vont varier d’une organisation à l’autre, la philosophie demeure la même : transformer l’éco-système cible en espace de co-création d’idées, de projets et de solutions.

Au sein d’un cluster ou d’un pôle de compétitivité mobilisant un grand nombre d’entreprises, d’institutions et de parties prenantes, la dynamique d’intelligence collective permet d’animer des réflexions collaboratives à plusieurs centaines d’organisations partenaires, de co-concevoir un plan stratégique de grappe, de mobiliser les points de vue sur une prise de position collective dans le cadre d’un chantier stratégique pour l’industrie, etc.

Dans un contexte d’événement de type conférence, l’intelligence collective peut accompagner la co-création du programme et des contenus en amont, faciliter la transparence, la traçabilité et le partage des échanges pendant l’événement et assurer une pérennisation des débats post-événement afin de maintenir la communauté engagée et de préparer l’édition suivante.

Au sein d’une université ou d’une grande école, la dynamique d’intelligence collective peut venir compléter les dispositifs de type MOOC ou les solutions de gestion de l’apprentissage (Learning Management Systems) en facilitant l’éducation par les pairs : collaborations entre campus, projets pédagogiques à grande échelle, simulation de débats publics ou de situations de prises de décision collectives, co-conception de nouveaux contenus de cours entre étudiants et professeurs, etc.

Ainsi, au sein d’une entreprise, la dynamique d’intelligence collective peut permettre de co-concevoir avec les salariés le plan stratégique ou les futurs modèles économiques, d’imaginer avec les partenaires externes les offres innovantes de demain, de mobiliser l’ensemble des équipes et des parties prenantes en organisant de véritables débats d’entreprise autour de problématiques transverses (RSE, intrapreneuriat, etc.)…

Au sein d’une collectivité ou d’une institution publique, la dynamique d’intelligence collective peut permettre d’offrir un espace de consultation publique auprès des citoyens et des parties prenantes, de mobiliser les énergies de différentes communautés autour du plan stratégique d’une métropole, de soumettre de nouvelles politiques publiques ou des propositions de loi à discussion, etc.

Dans un contexte associatif (associations, ONG, partis politiques, etc.), la dynamique d’intelligence collective permet de construire un consensus au sein d’une base d’adhérents ou de sympathisants de grande taille et dispersée géographiquement, de co-rédiger un Livre Blanc ou un document de représentation collective, de mobiliser le plus grand nombre de parties intéressées autour de problématiques clés pour la société civile, etc.

Les 4 règles de l’intelligence collective

Voici les 4 règles que nous prônons à bluenove pour favoriser la création de nouvelles connaissances dans des grands groupes :
  1. L’intelligence collective peut se faire avec tout le monde pour un groupe de maximum 12 personnes, avec les réactifs (10-20%) pour un groupe de plus de cent et avec les proactifs (quelques pour-cents) pour un groupe de plusieurs milliers voire 10000
  2. En intelligence collective, les décisions ne doivent se prendre qu’après la fin de la phase de « veille-compréhension commune-idéation ». Il faut donc conserver toutes les idées exprimées, y compris celles qui semblent stupides
  3. L’intelligence collective fait appel à un mode d’intelligence cartographié (plutôt que linéaire)
  4. L’intelligence collective émerge à partir d’un certain nombre de cycles « cartographie des idées-réactions » basés sur la même question initiale

Comment ca marche ?

%

Logiciel

%

Méthodologie

%

Inspiration

Nous avons développé un logiciel et une méthodologie d’intelligence collective baptisée Assembl.

Assembl est le premier logiciel spécifiquement conçu pour faciliter l’intelligence collective en ligne pour des groupes de grande taille (100 à 10000 personnes). Il permet de co-produire de la connaissance nouvelle synthétisée dans un document formalisé.

Assembl n’est pas un réseau social ni un forum en ligne. C’est une plateforme d’échanges structurés et de capitalisation de savoir tacite permettant de maximiser les contributions collaboratives d’un groupe, chacun des participants étant fortement incité à réagir et à co-construire en fonction des contributions des autres participants.

Deux rôles clés sont au centre du processus :

  • « L’attrapeur » a pour fonction de repérer et d’attraper (extraire) des concepts clés et des idées forces dans les conversations entre les participants au groupe de travail. Il élabore progressivement, sur la base de ces segments attrapés, une table des idées (de type Mind Map) qui permet de structurer le débat sous la forme d’un arbre.
  • Le « synthétiseur » a pour fonction de résumer sur une base périodique (le plus souvent hebdomadaire) l’évolution du débat telle que représentée par les modifications de la table des idées. Cette synthèse est soumise à l’ensemble des participants au groupe de travail pour validation et vote. Cette itération permet de générer la boucle vertueuse assurant une réelle dynamique d’intelligence collective dans la mesure où chaque participant est amené à réagir aux contributions des autres participants (contrairement à la fonction « commentaires » des réseaux sociaux qui privilégie les commentaires individuels).

La plateforme Assembl permet plusieurs interfaces : les participants peuvent contribuer au débat par courriel, via les réseaux sociaux d’entreprise ou directement sur le site www.assembl.org.

Envie de faire émerger les idées de votre communauté ?

Contactez-nous