La consultation pour la conception de la Maison des Mondes Africains est lancée, participez à sa construction !

L’intelligence collective transforme l’éducation

Les méthodes et les outils d’intelligence collective se font de plus en plus présents dans le monde de l’entreprise et la société civile. Ces démarches se déploient aussi bien en présentiel qu’à distance et permettent de mobiliser les connaissances individuelles de chacun pour atteindre un but communL’efficacité de l’intelligence collective en fait un mode de travail également de plus en plus employé sur le plan éducatif. Focus sur son application dans l’enseignement supérieur

L’intelligence collective au service de la pédagogie

Le déploiement de l’intelligence collective en milieu éducatif a pour objectif de proposer à ses participants de s’exprimer et débattre d’un sujet précis tout en apprenant les uns des autres. Cette intelligence collective se met au service de l’éducation en permettant aux étudiants de développer :

–    La prise de position, l’engagement au sein du débat

–    L’écoute active des arguments de chacun et l’animation de communautés

–    L’art d’argumenter face à des opinions divergentes

–    L’esprit critique et l’analyse afin de se poser les bonnes questions

–    L’esprit de synthèse en collectant les différentes idées et opinions de chaque participant

 

etudiant en réunion travail collaboratif

 

L’intelligence collective en milieu pédagogique aide les étudiants à apprendre avec les autres et à apprendre les uns des autres dans une logique de coopération et coopétition, dynamiques plus modernes et durables que la rivalité et la compétition. Tous les types d’intelligence y sont stimulés et valorisés, ce qui crée une dynamique de complémentarité entre étudiants. Un moyen efficace de les préparer à la vie professionnelle qui amène souvent les collaborateurs à travailler en synergie pour réaliser des projets conséquents.

Habituellement, lors d’un projet de groupe, les étudiants vont naturellement se concerter et donc commencer par utiliser cette méthode d’intelligence collective. Néanmoins, ils vont se répartir le travail individuellement , les amenant à ne traiter isolément qu’un seul aspect du sujet, avant de mettre en commun leurs travaux. Un mode de fonctionnement où les participants au projet passent bien souvent à côté d’autres éléments importants et ne partagent pas aux autres leurs connaissances respectives. L’engagement y est faible, et le partage de connaissances entre participants aussi.

 

Comment cette intelligence collective fonctionne-t-elle ?

Déployer l’intelligence collective pour un travail universitaire va consister à faire participer différents intervenants à chaque étape du projet. Les étudiants seront sollicités individuellement, puis le groupe entier, voire toute la promotion le sera. On évite ainsi une relation descendante où une seule personne partage son savoir et de manière très segmentée. Un projet pédagogique réalisé en intelligence collective va mettre en commun les compétences et potentiels de chacun tout au long du projet par opposition à un ensemble de travaux individuels. Les idées, opinions et facultés de chaque participant sont mobilisées, et cette synergie permet d’atteindre un objectif commun qui serait difficilement atteignable à l’échelle individuelle.

 

Quelques exemples de mise en application avec bluenove

 

Consultation à l’Institut Polytechnique de Paris

bluenove a ainsi mené pendant six  mois à une consultation au sein de l’Institut Polytechnique de Paris réunissant personnels, enseignants, chercheurs et étudiants pour construire ensemble l’institut de demain. Les objectifs étaient multiples :

  •   Contribuer à une démarche de transformation, en favorisant l’ancrage de l’identité de l’institut auprès de ses composantes et développer le sentiment d’appartenance à un institut commun à 5 écoles (l’Ecole Polytechnique, ENSTA, ENSAE, Telecom Paris et Telecom SudParis) et n’existant que depuis un an.
  •   Faire émerger des idées et des projets pour développer la notoriété de l’Institut, le sentiment d’appartenance et le campus.
  •   Alimenter les feuilles de route des comités en charge des trois sujets cités ci-dessus et les réflexions du Comex de l’Institut.

Plusieurs activités ont permis de les atteindre, comme la définition d’un plan de mobilisation, la réalisation d’un reporting de la participation, la mise en place d’un espace en ligne comportant un questionnaire et des débats en ligne.

Les contributions ont été analysées en continu, donnant lieu à des synthèses et des constats puis des propositions d’action. Après analyse des résultats, un appel à volontaires a permis de concrétiser les propositions issues de cette consultation.

 

Consultation dans une grande école de commerce

Une autre consultation ouverte effectuée au sein d’une école de commerce lyonnaise a regroupé en deux mois 5 295 contributions émanant d’étudiants, personnels, membres de l’école et alumnis. Ce projet pédagogique visait à penser le nouveau campus universitaire en identifiant les attentes concernant le déménagement de l’école, élaborer collectivement le cahier des charges du futur campus et développer une réflexion collective en pleine période covid.

bluenove a pris part à ce projet réunissant quelques 600 participants en animant notamment la communauté des parties prenantes. Une synthèse intermédiaire et un rapport final ont ensuite été produits pour analyser les résultats de cette méthode d’intelligence collective adaptée au milieu pédagogique. Un questionnaire en ligne bilingue et segmenté était proposé, puis une synthèse finale a été présentée à la direction de l’école lyonnaise et à ses ambassadeurs.

 

hackaton etudiant

 

L’intelligence collective dans le cadre d’un hackathon

Si l’intelligence collective peut être adoptée tout au long de l’année scolaire, ce mode de travail peut également être déployé sur un temps court comme nous allons le voir ci-dessous.

bluenove a par exemple proposé l’accès à ses différents modules technologiques  à Skema Business School pour l’organisation du Hackathon de la rentrée 2021.

Cinq jours durant lesquels les étudiants se sont réunis pour penser collectivement l’organisation inclusive. Un événement regroupant 780 étudiants de trois campus différents (Sophia-Antipolis, Lille et Paris), et recueillant des dizaines de milliers de contributions.

Dans cet exemple, l’intelligence collective a été employée dans un contexte d’évènementiel académique. Cette démarche peut bien sûr se décliner pour d’autres types d’évènements.

En savoir plus sur le Hackaton 2021 de l’école Skema

L‘intelligence collective apporte donc un nouveau souffle à certains modes de fonctionnement au sein d’établissements du supérieur, qu’il s’agisse de grandes écoles ou d’universités. Loin de se limiter au monde entrepreneurial, elle se décline dans l’enseignement supérieur aussi bien pour des exercices de groupes qu’au cours d’évènements, notamment universitaires.

Les jeunes se sentent plus impliqués, sont davantage écoutés, tout en développant leur esprit de collaboration, d’analyse… des compétences indispensables à la cohésion sociale et l’émergence d’idées novatrices.

Les étudiants sont de plus en plus en quête de sens, cherchent à avoir un impact et à trouver des solutions concrètes pour les enjeux sociétaux, comme en témoigne ce premier classement proposé par les Echos Start des écoles les plus engagées pour la transition écologique et sociétale. L’intelligence collective se positionne alors comme outil-clé pour mobiliser tout un chacun dans l’atteinte d’objectifs communs pour faire évoluer la société et concrétiser des projets innovants.

Vous souhaitez en savoir plus sur l’intelligence collective déployée dans le secteur de l’éducation ?

Contactez-nous !