Et si vous pouviez créer votre propre plateforme d’intelligence collective ? Découvrez Assembl troisième génération !

« L’intérêt d’une consultation, c’est de voir émerger de nouvelles idées »

En septembre 2020, l’Université Paris-Saclay lançait sa consultation « Nos projets de Développement Soutenable » auprès de ses 48 000 étudiants, 9 000 chercheurs et enseignants-chercheurs, 11 000 personnels techniques et administratifs. Le but de cette démarche était d’imaginer collectivement des projets à mettre en œuvre pour favoriser le développement soutenable à l’université. 59 projets ont été identifiés. 16 d’entre eux vont être mis en chantier dès cette année.

Nous avons posé 3 questions à Jane Lecomte, Vice-Présidente de l’Université Paris-Saclay en charge du développement soutenable.

 

1 – Qu’est-ce qui vous a conduit à lancer cette consultation ?

 

Jane Lecomte : Le pôle Développement Soutenable (DS) a été créé en appui au sein de la Direction de l’Environnement de Travail pour assurer la transversalité des enjeux de DS de l’Université Paris-Saclay avec les acteurs du territoire. Une cellule DS a été constituée pour partager les pratiques mais surtout fédérer les actions et les porter en commun entre composantes universitaires, établissements composantes, universités membres-associées et en lien avec les organismes nationaux de recherche associés. 

Et comme les enjeux de la transition écologique et de la transformation systémique qui en résulte nous concernent tous de la petite à la grande échelle, il m’est apparu essentiel de lancer dès septembre 2020 une démarche de consultation participative auprès des personnels et étudiant.es avec l’appui de la plateforme Assembl de la société bluenove. Cette démarche avait pour but de faire remonter des idées de projets de DS qui contribueront à la stratégie DS de l’Université.

 

 

2 – Quel était l’objectif de cette consultation ? 

J.L : Les objectifs de cette consultation sont multiples. Le principal : faire émerger des projets développement soutenable que la communauté Paris-Saclay souhaite voir mis en place à l’université. Mais cette démarche bottom-up permet également une expression large de la communauté sur les priorités en matière de développement soutenable à l’Université Paris-Saclay, car c’est l’affaire de tous !

 

3 – Quel impact attendiez-vous et quels enseignements tirez-vous de cette démarche ?

J.L : Le pôle développement soutenable a été créé fin mars 2020 pour accompagner la politique de ma vice-présidence. La consultation visait à associer dès le début les personnels et les étudiants à l’élaboration de projets développement soutenable, mais aussi à faire connaître les ambitions du pôle au sein de notre écosystème en cours de structuration. Des initiatives existaient déjà en la matière au sein des structures et je voulais par cette démarche impulser des actions qui concerneraient tout le monde, quelle que soit la structure dans laquelle il ou elle évolue.  Cet objectif est tout à fait atteint et va nous permettre de créer une véritable dynamique autour des projets qui ont été proposés.

L’intérêt d’une consultation, c’est aussi de voir émerger des idées nouvelles et cela a été le cas. 

La consultation nous a aussi permis de mieux connaître les priorités des personnels et étudiants en termes de projets et cela a été riche d’enseignements. Par exemple, nous ne nous attendions pas forcément à un tel engouement pour la mise en place d’un socle de connaissances développement soutenable dans les formations. Cela renforce notre ambition d’étendre un tel enseignement qui a d’ailleurs été mis en place en septembre 2020 pour les étudiants de licence de l’école universitaire de premier cycle de l’Université Paris-Saclay. 

Une consultation d’une telle ampleur ne s’improvise pas. En terme d’enseignements sur la démarche, j’ai pu constater combien une telle opération demandait de bénéficier des outils adéquats et surtout en période de pandémie de la Covid-19 ! La formule 100% numérique proposée par bluenove a donc été essentielle. De plus, la communication sur la consultation demandait une diversité de canaux de diffusion. Les newsletters ont ainsi été un des moyens qui ont été proposés pour garder le contact avec les participants tout au long de la démarche qui a duré 3 mois.

 

Pour en savoir plus sur cette démarche, découvrez cet article détaillé